Actualité

La Turquie veut renvoyer les djihadistes étrangers dans leur pays d’origine

La pression de la Turquie s’intensifie. Menaçant souvent d’envahir l’Europe de migrants, elle assure cette fois qu’elle renverrait les membres de l’Etat islamique actuellement détenus dans ses prisons dans leur pays d’origine, rapporte notamment L’Obs. Et ce, même si les dits pays leur retiraient leur nationalité. 

Une situation « inacceptable » pour la Turquie

« Nous renverrons les membres de l’EI dans leurs pays, que ces derniers leur retirent leur nationalité ou pas », a expliqué, ce lundi 4 octobre, le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, lors d’une allocution à Ankara. Le samedi précédent, il avait déclaré que la Turquie n’était « pas un hôtel pour djihadistes ». Ainsi, le gouvernement turc s’en prend aux pays qui déchoient de leur nationalité leurs ressortissants ayant rejoint l’EI, une mesure destinée à rendre impossible leur retour. « Ils ont mis en place une nouvelle méthode. Ils disent : ‘Retirons-leur la nationalité […] Qu’ils soient jugés là où ils se trouvent’. J’imagine que cela doit être une nouvelle règle du droit international », a ironisé le ministre, qualifiant ce procédé d’« inacceptable ». Selon lui, près de 1 200 « combattants étrangers » sont actuellement détenus par la Turquie, dont vraisemblablement des Occidentaux. Mais la façon dont la Turquie compte s’y prendre pour renvoyer une personne qui n’a plus la nationalité de son pays d’origine reste peu claire. 

Le retour des djihadistes, une mesure impopulaire

Ce n’est pas la première fois qu’Ankara appelle les pays européens à reprendre leurs ressortissants qui sont partis combattre aux côtés de Daech en Syrie. Seulement, la plupart des pays concernés sont peu enclins à les récupérer, pour des raisons sécuritaires, mais aussi l’impopularité que représente une telle mesure. Plusieurs textes empêchent néanmoins les pays signataires à rendre un individu apatride. Certains pays comme la France ou la Grande-Bretagne prennent donc la décision de déchoir de leur nationalité leurs ressortissants binationaux. Un Franco-marocain a d’ailleurs été récemment déchu pour avoir tenté de gagner la Syrie en 2015. C’est le seizième citoyen français dans cette situation depuis 2002. La grande majorité l’ont d’ailleurs été pour terrorisme.   

Voir plus

MondeOrient

Un journal d'actualité en temps réel !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *