ActualitéLettres arabes

Maroc-Emirats : Un rapprochement lent et prudent

Vers la fin du coup de froid diplomatique entre le Maroc et les Emirats arabes unis ? Un timide réchauffement prend place sans pour autant parvenir à un retour aux relations fraternelles d’avant.

Est-ce le début du dégel dans les relations entre le Maroc et les Emirats arabes unis ? La capitale du royaume a connu ce jeudi 21 novembre la tenue de deux événements porteurs de signaux sur un réchauffement entre Rabat et Abou Dhabi.

Le premier est d’ordre politique. Il a eu lieu au siège du ministère des Affaires étrangère avec le lancement des travaux de la 2e session de la commission conjointe maroco-émiratie chargée des affaires consulaires, coprésidée côté marocain par le directeur des affaires consulaires et sociales et par le secrétaire général adjoint du ministère émirati des Affaires étrangères. Sur l’ordre du jour figure des questions portant notamment sur la circulation des personnes et l’octroi des visas, la résidence, l’emploi, la couverture sociale et la retraite ainsi que la coopération sécuritaire.

Lancement le même jour d’un projet d’un milliards de dirhams à Rabat

L’économie est également présente dans l’agenda des relations maroco-émiratis. Non loin du siège du ministère des Affaires étrangères, le groupe émirati «Imkan» a donné le coup d’envoi d’un projet commercial dont le coût est estimé à 1,5 milliards de dirhams et qui devrait assurer une centaine d’emplois directes.

Malgré la tenue de ces deux événements le même jour à Rabat, les relations entre les deux pays n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant la crise du blocus imposé en juin 2017 au Qatar par les Emirats arabes unies, l’Arabie saoudite, le Bahreïn et l’Egypte. Une décision qui avait été catégoriquement rejetée par Rabat qui depuis a multiplié les marques de solidarité avec Doha.

Le rapprochement entre Rabat et Abou Dhabi s’opère donc lentement et avec prudence. Le Maroc souhaite une coopération sans la moindre subordination et appelle à consolider ce qui les unit avec les Emirats et l’Arabie saoudite, notamment faire face ensemble à la menace iranienne. Une position exprimée, d’ailleurs, dans l’interview accordée fin septembre depuis New York par Nasser Bourita à la chaîne émiratie Sky news arabia. «L’Iran n’a jamais cessé ses actions hostiles dans la région et continue d’adopter une stratégie de fuite en avant et de sabotage qui menace non seulement les Etats voisins, mais également la sécurité arabe et la stabilité internationale», avait déclaré le ministre des Affaires étrangères.

La 2e session de la réunion de la commission consulaire et le lancement du projet du groupe «Imkan» à Rabat interviennent alors que les frères ennemis au Conseil de Coopération du Golfe ont convenu de s’accorder une trêve. Après avoir annoncé dans un premier temps le boycott de «la Coupe du Golfe Arabe», organisé le 26 novembre au Qatar, les responsables à Riyad, Abou Dhabi et Manama ont révisé leur position et accepté de prendre part à la compétition sportive.

Voir plus

MondeOrient

Un journal d'actualité en temps réel !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *